historique

Le Quartier du Musée doit bien sûr son nom au Musée des beaux-arts de Montréal. Or, quand on s’attarde aux superbes façades bourgeoises de ses maisons en rangée et à la riche architecture de chacune de ses rues, on constate que c’est tout le quartier qui est de style “musée”. Ces belles demeures, dont l’architecture emprunte aux vocabulaires italien, britannique et écossais, sont apparues dès 1840, sur un territoire d’environ un mille carré où les plus riches familles du pays s’étaient installées. C’était le Golden Square Mile – le mille carré doré. Le Quartier du Musée en est le coeur.Mondain, élégant, raffiné, ce secteur de la ville doit son ambiance unique à un agréable mélange d’élégance à la française et de charme anglo-saxon. Il abrite aussi de superbes églises, dont Erskine & American-Unie et ses vitraux signés par l’artiste new-yorkais Louis C. Tiffany, ainsi que le tout premier immeuble à appartements de Montréal, le Sherbrooke, construit en 1889 à l’angle des rues Sherbrooke et Crescent.

Sa vocation commerciale s’est affirmée dès les années d’après-guerre. Des galeries prestigieuses, des antiquaires et des joailliers s’y sont d’abord établis. Plus tard, dans les années 60, le quartier devint le lieu où il fallait être vu. Plusieurs couturiers y avaient une adresse; stylistes et artistes y installaient leur atelier. On a même immortalisé la rue de la Montagne dans une chanson, écrite par Stéphane Venne et chantée par Renée Claude. De cette époque, ce coin de la ville a d’ailleurs gardé un côté convivial, décontracté et toujours raffiné. Il a aussi préservé son statut de quartier où l’art occupe une belle place, en proposant plus d’une centaine de boutiques et de galeries d’art. Chacune contribue à en faire un rendez-vous prisé des épicuriens de toute allégeance, qu’ils soient de Montréal ou d’ailleurs dans le monde. Nous sommes heureux que vous en fassiez partie.